Question:
Comment savons-nous que la luminosité intrinsèque des variables céphéides correspond à leur période?
Mitchell Kaplan
2013-12-16 07:03:56 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Si je comprends bien, au-delà de la parallaxe, la prochaine façon d'estimer la distance aux objets astronomiques consiste à utiliser une relation entre la période et la luminosité intrinsèque des variables céphéides. Comment connaissons-nous cette relation? Y a-t-il des éléments suffisamment proches pour que nous utilisions la parallaxe pour le valider, ou y a-t-il une raison théorique, ou autre chose?

Désolé d'avance, c'était une nuit tardive ... Une autre raison pour laquelle nous connaissons la luminosité est qu'il y a un temps spécifique qu'il faut à la lumière pour se rendre à nos yeux / capteurs, et donc nous pouvons mesurer le temps qu'il faut à l'étoile pour aller du plus sombre au plus lumineux. Cette fois nous donne une distance $ \ Delta x $ qui peut être utilisée pour déterminer le rayon minimum et maximum (de variation) qui est ensuite ajouté au rayon de base donné à partir de la classe spectrale et de la luminosité la plus faible de l'étoile. Connaître le rayon + la luminosité = connaître la luminosité.
Un répondre:
#1
+10
xzackli
2013-12-16 08:15:15 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Cette relation a été découverte empiriquement par Henrietta Leavitt en comparant les magnitudes apparentes des étoiles dans les nuages ​​de Magellan. Étant donné que ces nuages ​​sont éloignés (200 000 ly) et relativement petits (7 000 ly), la différence de distance par rapport aux 47 variables céphides différentes qu'elle a observées ne pourrait expliquer qu'une petite différence de luminosité. En traçant la luminosité par rapport à la période, elle a remarqué qu'il y avait une relation, les céphides avec des périodes plus longues étaient plus brillants.

Comme vous l'avez deviné, les mesures modernes sont effectuées via la parallaxe pour les étoiles proches. Le satellite Hipparcos a compilé une vaste liste de parallaxes, et en mesurant un grand nombre de périodes, nous pouvons calculer la relation.

The link to some web page about Henrietta Leavitt is dead. Any chance you can find it or at least describe it? http://outreach.atnf.csiro.au/education/senior/astrophysics/variable_cepheids.html If all else fails, there's always https://en.wikipedia.org/wiki/Henrietta_Swan_Leavitt Or even better: https://en.wikiquote.org/wiki/Henrietta_Swan_Leavitt#Periods_of_25_Variable_Stars_in_the_Small_Magellanic_Cloud_.281912.29
http://www.adsabs.harvard.edu/abs/1908AnHar..60...87L seems to link to Henrietta Leavitt's paper in the Annals of Harvard College Observatory! "1777 Variables in the Magellanic Clouds." http://articles.adsabs.harvard.edu/cgi-bin/nph-iarticle_query?1908AnHar..60...87LAiliztztgaampdata_type=PDF_HIGH


Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...